fbpx
Faik t’as pas été 0 déchet trop trop durant la pandémie ?

Faik t’as pas été 0 déchet trop trop durant la pandémie ?

D’abord, c’est fine. Pour beaucoup de gens les priorités ont changé et c’est normal.
L’insécurité tant sur le plan de la santé, de l’emploi, de l’avenir ont ébranlé pas mal tout le monde.
Mais il y a eu beaucoup de bon (et de moins bon) dans tout ça.

MÊME MOI

Même moi, alors que mon travail est de montrer l’exemple le plus souvent possible j’ai dû faire des choix qui priorisaient la santé plutôt que l’environnement. Ça fait partie de la vie. Ça n’a pas changé mes valeurs profondes et même à travers le confinement, j’ai tenté de faire les meilleurs choix possibles.

Le positif

  • Les québécois ont fait un effort massif pour acheter local et régional – ces achats ont moins voyagé, sont en général moins transformés et contribuent à l’économie locale
  • Les québécois ont cuisiné et jardiné – ce qui a diminué la dépendance alimentaire
  • Les québécois ont prouvé qu’ils pouvaient vivre avec moins – on a prouvé qu’on pouvait vivre sans bébelles.
  • Les québécois ont visité leur Québec – nous avons réduit nos déplacements et avons profité de la beauté locale.
  • Le télétravail a réduit les déplacements – et en bonus, semblerait-il qu’il réduit le stress
  • Moins de gaspillage + de planification – Afin de sortir le moins souvent possible de nombreux québécois ont mieux planifié leurs sorties et leur magasinage.

Le jour du dépassement

Cette année, le jour du dépassement a reculé de 3 semaine, le 22 août dernier. C’est quelque chose que je prends mi-sourire, mi-grimace. Au printemps, les usines du monde entier ont ralenti et la pollution a cessé. Les achats inutiles aussi. Nous avons démontré en quelques semaines que nous pouvions vivre avec moins. Moins de bébelles, moins de transformé, moins de jetable.
Je suis un peu mécontente, car je sais bien que dès 2021 on aura repris le triste retard sur la pollution. Les usines de bébelles ont repris leur fabrication et les Walmart de ce monde sont pleins. L’avancement de la cause environnementale a reculé dans nos priorités.

Le négatif (environnemental)

Je n’aborde que la question environnementale ici et je laisse le facteur économique et humain aux autres experts.

  • Le recul du réutilisable – en raison de la pandémie, les items a usage unique sont revenu en force. Masques et gants jetables, sacs de plastique etc. Tranquillement, les commerces recommencent à accepter les contenants et sacs réutilisable, mais la pente sera longue à remonter.
  • La pandémie a permis de justifier du suremballage massif
  • Les maques et les gants par terre partout. Ce qu’il y a de pire qu’un déchet c’est un déchet non traité qui traine en pleine nature.
  • La fermeture des points de cueillette de dons, notamment les friperies ou autres, la mise sur pause de la récupération des contenants consignés. Ces items se sont retrouvés à la poubelle pour tous ceux qui ne pouvaient se permettre de les entreposer.
  • Nous d’achat de seconde main – vu la fermeture des friperies et des centres de dépannage il était difficile d’acheter des produits en deuxième vie.

Bien entendu il y a plein d’autres effets négatifs que nous allons découvrir au fur et à mesure qu’on va prendre conscience de l’impact à long terme qu’aura eut la pandémie – car on est encore loin d’en être sorti.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

X